Le Systeme De La Famille Yao พิมพ์ อีเมล
เขียนโดย Chob Kacha-ananda   
CHOB KACHA-ANANDA. LE SYSTEME DE LA FAMILLE YAO. JSS. VOL.60 (pt.1) 1972. p.187-194.
 
                                                                        LE SYSTEME DE LA FAMILLE YAO
                                                                                                     by
                                                                                       Chob Kacha-ananda
                                                                                               SYNOPSIS
 
                             The known  history  of the Yao,  since   first  recorded in    southern
                            China,  is  briefly discussed. The  traditiona l   monogamous    and  poly-
                            gamous    Yao family    systems,  the clan  - grouping,   offspring   filiation,
                            marriage customs  and  post-marital  residence practices are  described.
                            n  conclusion,  a description  is  given  of the  gradual   changes   brought
                            bout in   nearly  all aspects  of  the   traditional   Yao  society by  education
                            and increasing contact with  Thai society.
                                
                                                                                                                C.K-a.
                                       La    famille   est   une   institution   primaire   et    la   première   institution
                            dans   l'histoire   de    l'évolution    humaine.    La    famille    doit    se     composer    de
                            deux personnes   de   sexes    différents   et   les   deux    doivent   avoir   des relations
                            sexuelles    l'un    avec    l' autre.   Ces   relations  doivent    durer    assez     longtemps
                             pour    faire   naître   des   enfants.   En   outre,    ces    relations    doivent   avoir     une
                             base   économique    et    sociale     suffisante    pour faire   vivre   aussi   les   enfants.
                                    Avant   de  discuter   du   système   de  la   famille du groupe  ethnique   Yao,
                             nous    avons     l'intention    de   faire    connaître      brièvement    l 'arrière  -  plan  des
                            Yao.
                                    Les  Yao  sont  rattachés  à  la  race  mongole.  On  les  considère   comme
                            étant   du   même   groupe    que    les    Meo,    c'est-à-dire   du    groupe    linguistique
                            Miao  -   Yao     dans        l'ethnolinguistique     du      Sino  -    Tibétain.    Leur     habitat
                            ancien   se    situait    probablement    dans    les    environs     du   lac   Tung   Ting en
                            Chine,   puis   ils    émigrèrent   d ans   les    quatre   provinces     chinoises     méridio-
                            nales   du   Kwangtung,     du Kwangsi     ( Kouangsi   : J.   Lemoine),   du     Kweichow
                            (  Koueitcheou   :   J.   Lemoine  )   et   du   Yunnan.   La   raison   de    leur     migration,
                            c'est    qu'ils    ne   pouvaient   pas    supporter   la  pression  et   l'effort   d'assimilation
                            venant   des    Chinois   pendant    les   règnes    des    empereurs Thang  et Sung. Ils
                            émigrèrent      progressivement     vers    le     sud,   jusqu'au     Laos     et      enfin    en
                            Thaïlande.
                                   En    Thaïlande,   les    établissements   des  Yao  sont concentrés au  nord
                           et    au   sud  -  est    de   la   province  de  Chieng-Raï, dans l a province de Nan,  dans
 
                                                                                  188

                                                                     Chob Kacha-ananda

 

                 3jss

 

                                                                                    189

                                                                  LE   SYSTEME   DE   LA FAMILLE   YAO
 
                           quelques   parties   de   la   province   de   Lampang   et   dans   quelques  villages de
                           l'arrondissement     de     Fang,     de    la    province    de Chieng  -   Maï.     En     1961,
                           Monsieur     Gordon      Young       estimait        qu'il     y       avait       approximativement
                           10,200     Yao   en   Tha    ïlande.   Le   groupe    des  su rveillants  des Nations-Unies,
                           venu    faire   l'inspection  économique    et     sociale     des     tribus    montagnardes
                           dans    les    régions    où    l'on    cultive   le   pavot   ( 1968 ), estimait  qu'il y  en  avait
                           16,  110   en   Thaïlande.
                                     Les   Yao   préfèrent  s'établir   sur  les hautes pentes des montagnes ou
                           dans      les     vallées,      près      de      ruisseaux.       L'altitude    approximative    des
                           villages    est     d'environ    900   à    1,200    mètres.    Leurs    établissements    sont
                           dispersés      en     petits    villages.     Les    habitations   sont   construites   avec   un
                           seul    étage    sur     la terre.    Les    parois    de    la   maison   sont construites avec
                           des     planches  qui   ont   été  coupées   à   la   hache   et   à   la   cale.Les parois de
                           certaines     maisons    sont    en    bambou.   Le   toit   est   couvert   d'herbes   ou de
                           feuilles   de   rotin.    Les    Yao    sont   des    agriculteurs    qui   pratiquent     l'agricul-
                           ture    mouvante   ou    swidden,     c'est - à - dire   éclaircir    la   forêt,   la     brûler    et
                           cultiver   du riz.   Ils    cultivent     dans     les     mêmes     endroits     pendant    un   ou
                           deux,   ou    pa     rfois   trois   ans,  et,   quand   la  fertilité  de la terre   est réduite,  ils
                           l'abandonnent pour      trouver      de      nouveaux endroits.    Lorsqu'il     n'y    a    plus
                           de terre à    cultiver    autour    du    village,    ils    se     meuvent    dans   un   nouveau
                            village.   Les   récoltes     les      plus    importantes   sont le    riz, le  maïs et  le pavot.
                           En    particulier,    le    pavot    était    autrefois    leur   principa   le   récolte  monétaire.
                                      Les    Yao    sont    animistes    et rendent   un culte aux ancêtres. Ils  ont
                           leur       propre      langue,    écrite    avec    des   caractères    chinois.    L'histoire    de
                           leur     migration,     les    noms    de    leurs ancêtres,  leurs   mythes traditionnels  et
                           leurs chants sont inscrits dans leurs registres
 
                           LE SYSTEME DE LA FAMILLE.
                                     La famille Yao a les caractéristiques suivantes :
                           1. Système de la famille.
                                      a) Monogamie    (  système   d'un    mari  avec   une seule femme). C'est
                             la famille typique et populaire dans la société Yao.
                                      b) Polygamie    (  système   d'un   mari  avec   plusieurs  femmes).   Il y a
                             très    peu  d'unions     de   cette   sorte  dans   la  société   Yao :   la   plupart  d'entre
                             elles   sont   le   fait    des  riches   et  des   puissants.    Le    nombre   des femmes
 
 
                                                                                        190
                                                                                  Chob  Kacha - ananda
 
                           n'est    pas    fixé   :   de   deux   à   cinq   ou   dix,   mais  la   plupart  du   temps,  trois.
                           Dans   cette   famille  -  ci,   le  mari  doit   avoir   la  capacité  de donner du   bonheur
                           à   ses   femmes   selon   leurs   positions   dans   la   société   Yao.
                                   La    polyandrie   ( système   d'une  femme   avec  plusieurs maris )  n'est
                            jamais   apparue   dans   la   société   Yao.
                           2. Caractère    unique du    système   de   la  famille  Yao  et  façon  de  choisir  le
                     conjoint.
                                   Les    Yao    préfèrent    choisir    leur    conjoint   dans   le  même   groupe,
                            c'est - à -  dire    dans   le   groupe    ethnique   Yao.   Mais   ils   préfèrent,    dans   le
                            même    groupe,    choisir    un   conjoint   d'un   clan   du    dehors.    L'homme   Yao
                            préfère   se   marier   à    une    fille    d'un    autre   clan.  Ce  mariage a le  caractère
                           d'établir    de   larges      relations,    car    les    gens   de   deux   clans   s'   unissent.
                           Cependant,    les    gens   de   même    clan   peuvent  se marier l'un avec  l'autre, si
                           les    époux     sont     cousins    au   troisième   degré   ou   plus.   Le    mariage    de
                           relatifs      très    proches   n' est   pas   apparu  très   souvent, mais    s'il  y en a,   on
                           croit  qu'il  est  très   honteux.    Celui     qui     préside    cette     sorte       de  mariage
                           doit être     un     vieillard      d'un    autre   clan,   et les    époux   doivet     donner    de
                           l'argent      aux     invités.    On   croit      qu'ils      payent pour    racheter    leur     honte.
                                  A   présent,  la   fierté du   sang   Yao    semble   s'  être  réduite.  Autrefois,
                            le   mariage    des    Yao    avec     d'autres  groupes  ethniques    apparaissait   peu,
                            spécialement   pour   les   hommes   Yao  qui   ne   voulaient pas  se   marier  avec
                            des   femmes   d'en    dehors  de   leu   groupe,   car    ils   avaient    l '  intention   de
                            protéger     la      pureté     de    leur    tribu.  Pourtant ils  ne    faisaient  pas attention
                           au   mariage   des   femmes   avec   des   hommes   d'en dehors    de  leur   tribu.  A
                           présen    également,   il apparaît   qu ' un  certain    nombre    de     femmes    Yaose
                           marient   avec   des   Chinois   et   des   Haw.
 
                            3. Le système de la descendance.
                                   Le    troisième    caractère   de   la  famille  Yao,  c'est  d'avoir son propre
                            système    de  descendance.  Le  système  de la descendance des  Yao est divisé
                           en    deux      catégories   :   premièrement,   la     descendance      patrilinéaire,    et
                           deuxièmement,   la descendance   matrilinéaire.
                                   La    forme  de  descendance patrilinéaire  est  apparue comme étant la
                           forme    la   plus    populaire   dans  la  société   Yao. Lorsqu'un  homme  se  marie
                           avec   une    femme   et   s' il   va résider   chez elle,  on   croit   qu'il est  toujours  en
                           rapport avec les esprits de ses ancêtres à lui. Mais si une femme se
 
 
                                                                                191
                                                               LE  SYSTEME  DE   LA FAMILLE  YAO
 
                            marie    avec   un   homme   et   va  résider  chez   lui, on croit    qu'elle   n'est    plus
                            en    rapport avec   l' esprit   de   ses   ancêtres   à   elle.  Elle   ne   peut  plus  venir
                            habiter   chez   ses  parents   et  ne  peut  plus rendre  un culte  aux esprits  de ses
                            ancêtres   à   elle ,   même   si  son  mari   meurt  ou s'ils   se  séparent.   Elle   doit
                            rendre   un   culte   aux   esprits   des    ancêtres   de   son  mari    mort  ou  séparé
                            d'elle.   Mais    si     elle     se   marie   de  nouveau,  le rapport avec les esprits  des
                            ancêtres   de   son   premier  mari   n'existe  plus;  elle    doit  rendre un  culte   aux
                            esprits   des   ancêtres  de  son nouveau   mari. Les enfants  du  second  mariage
                            doivent   adorer   les   esprits   des   ancêtres   de  leur   père,  non  de   leur   mère.
                                      La descendance matrilinéaire  est  apparue comme n'étant   pas  une
                            règle    fixée,    mais     exceptionnelle .  L'enfant prendra   la   descendance   matri-
                            linéaire  en  raison  des  différentes  conditions  suivantes  :
                                      a)  La  mère  est la  seule  enfant  de  s es parents   et il n'y a  plus de
                            garçon   pour   continuer   leur    descendance.   Dans  ce  cas,   l'homme   qui  se
                            marie   avec    elle    va    habiter    chez   elle   toute   sa    vie.  La    cérémonie   du
                            mariage    est     organisée    chez    la  femme.  Parfois, le mari ne doit  pas payer
                            d'argent  .    S'ils     ont     un   enfant   leur   enfant    doit    adorer  les    esprits    et
                            appartenir    au    clan   de    sa    mère .   Mais   s'ils ont   plusieurs     enfants,   ils
                            peuvent   les     diviser    en  deux  groupes  :  les uns   adorent les esprits de leur
                            mère,   et   les    autres    ceux   de    leur   père.  Ordinairement,   les familles   qui
                            ont    une    fille     unique    préfèrent    trouver  des garçons   du    dehor  ( Yao  ou
                            venant   d'autres   tribus  )    pour    les élev    er   comme   des   enfants    adoptifs.
                            Ceux - ci  suivront  la  descendance  de  la  famille  adoptive.
                                     b) Les   enfants   doivent  rendre  un culte  aux esprits de leu r mère si
                             la   cérémonie   du    mariage    de  leurs   parents a  été  incorrecte; c'es  t-à-dire
                             si   ce   mariage  a  été   organisé  chez  la  femme , suivant  le  rite  de   la  petite
                             cérémonie    que   l'on   appelle    en  Yao  " Co   Cing  Ca  Ton ."   S'étant    marié,
                             le   mari   doit    habiter    et travailler  pour  les  parents   de   sa femme  pendant
                             une   durée   précisée   par  les    deux famil les. Parfois,   l'homme   qui  n'a  pas
                             assez  d'argent   pour   acheter   sa femme  doit   travailler chez  elle  jusqu 'à  ce
                             qu'il    puisse    payer.   Si  un  enfant  naît  pendant  ce   temps, il  doi trendre  un
                             culte   aux   esprits   et   suivre   la   descendance   de   sa   mère.
                                       c) Les  Yao préfèrent donner  aux jeunes  gens la liberté  d'avoir des
                           relations   sexuelles   avant leur  mariage.  Ils   croient   que  ce   système   est  le
                           premier    pas    du    chemin    qui   mène    enfin  au   mariage.   Ils  ne f ont   pas
 
 
                                                                               192
                                                                          Chob  Kacha - ananda
 
                           attention   aux   relations   sexuelles   avant   le   mariage   parce que ces  relations
                           prouveront   l e   bon   choix  :  s i le  couple  s'intéresse, ces relations le  mèneront
                           au   mariage    et    une    famille    sera   formée.  Mais   s'il  ne s'intéresse pas, les
                           relations        seront terminées  .      Néanmoins,      ces    relations      peuvent faire
                           naître     un     bébé.    L'homme  qui est  le  père a la liberté de ne pas accepter  ce
                           bébé  comme  son  enfant.   Le    cas   échéant,   on   croira   que   ce   bébé est fils
                           d'esprit.  Le    parents   de    la    mère   aiment      beaucoup   cette   sorte   d'enfant;
                           comme   ils    croient   que   tous  les  gens  sont  laboureurs , ainsi cet enfant sera
                           un     laboureur   sans   attaches    paternelles.    L'enfant   né   de   ce    cas    devra
                           rendre    un    culte  aux   esprits  des   ancêtres  et  appartenir  à   la  descendance
                           des   parents   de   sa   mère.
                           4. Un   autre   caractère   de   la   famille,   c'est   que   la    famille    doit    avoir   un
                            système     de      localisation      (comment    et   où   vivre    après    le   mariage ).
                Ordinairement,     la     famille      Yao    est     une    famille    étendue    ou    famille
                           au    sens    large;   il  y a plusieurs   famille   sous le même toit, mais chacune  de
                           ces    familles    doit   être   en   relation  avec  les autres, comme les  familles des
                          parents, des enfants, des cousins.
 
                Il y a trois formes de localisation :
                a) S'étant     marié,    la     femme     habite    chez   son   mari   :  c'est la    patrilo -
                           calisation.   C'est la    forme    la   plus     populaire.     L'homme    doit   emmener
                           sa   femme   chez lui   après   la   cérémonie  du mariage.  Ordinairement,  il  doit
                            payer  de l' argent  pour   les  fiançailles,  pour  sa femme et pour  les dépenses
                            de   la    noce.  Si  la  femme  a   un  propre  enfant  qui est le fils d'un  précédent
                            mari   ou  qui  est  né  de  précédentes  relations  sexuelles, le prix de la  femme
                            sera   très   élevé.  L'homme  payera  non  seulement   sa   femme,  mais  devra
                           payer   aussi   pour    ce  t enfant. On   croit   quec' est l' achat   du   lait   maternel.
                                      Le mariage des riche s qui peuvent  payer tout   l'argent demandé ou
                             qui    peuvent  en  paye   une   grande   partie,   aura   lieu  pendant trois  jours et.
                             trois   nuits.   Quand   la   femme   partira    pour    la   maisond  son  époux,   elle
                            devra   sortir   par   la   porte    d' entrée  de  devant   la   maison. Cette  porte   est
                            appelée    la     porte    des    esprits.  Etant  sortie  par cette porte, on  croit qu'elle
                            n'a plus   de    rapport   avec les   esprits   de  ses  ancêtres.    Elle ne    peut plus
                            revenir  habiter  chez  elle.
 
                                                                                  193
                                                       LE SYSTEME DE LA FAMILLE YAO
 
                                     b ) La matrilocalisation   est   la   forme  où   le  mari   réside   chez   sa
                            femme    ou    chez    des  parents  de   sa   femme. Ce   caractère  est choisi si  la
                            famille  a  une  seule  fille,   et   pas   de  fils.    L'homme    qui    veut    se     marier
                            avec    elle,    doit      accepter      d'habiter     chez    elle.   It     doit      travailler   pour
                            les    parents   de   sa   femme  et  doit   suivre   aussi  la descendance du  clan de
                            sa   femme.   Cette    condition  peut  être   temporaire ( plusieurs  années )  selon
                            accord   fait   pendant    la   noce.   Lorsque    le   temps    est    accompli,   il    peut
                            emmener   sa    femme    chez    lui.
                                   c ) La     troisième  forme   de  localisation    est    la  "  famille  nucléaire".
                            C'est   la   famille  idéale  dans   la   société   moderne  pour  les jeunes  gens qui
                            ont   bien   voulu   se   séparer   de    leur   famille   et   de   celle  de  leurs parents.
                             Dans    cette    famille,   il y a   le   mari,   la   femme    et  leurs   enfants.  Il y a  des
                             familles   de   cette   sorte    dans    la    société    Yao.  Premièrement,  la    famille
                             se    sera    étendue   et    quand   elle   sera    trop    grande,    elle    se     divisera
                             et   formera   plusieurs  "  familles   nucléaires  " . Dans    le   s  familles  , lorsque
                             plusieurs    fils    se   marient,   ils  amènent  leurs  femmes chez eux. Par la suite,
                             s'il  y  a  plusieurs  familles   dans   la   même  maison ,  sous   le   même   toit, la
                             famille   du   fils   aîné  sera  la  première   à se séparer, laissant les familles des
                             plus  jeunes  travailler  pour  leurs  parents.
                                      La  société  Yao  est  en train de changer  rapidement  aux  points  de
                              vue social,   économique   et traditionnel.   La   civilisation   reçue    par  la   vaste
                             communication   avec   la   société   thaïe   les  fait   réfléchir   et   commencer   à
                             être   mécontents   de  leurs   conditions  de  vie   et  de   pensée.   Ils  ont  aussi
                             bien  voulu  adapter   leurs   conditions   de   vie   aux   systèmes   des  différents
                             cultes  des  sociétés  avec  lesquelles  ils  sont  en contact.  De  grands  change-
                             ments   ont   eu   lieu   pour   les   costumes,   les    éléments   matériels   et   les
                             coutumes.    Leurs    contacts    étroits    ave  les sociétés   en   ville  et  la   haute
                             éducation   donnée   seront   le   moyen  d'amener  graduellement  des  change-
                             ments    dans    la   société   Yao.   Le   système   de   la    famille,   le   choix    du
                             conjoint,   le   mariage,   la   localisation   et   la  règle  de  descendance  du  clan
                             sont  en   train  de   change r :  d'une   part,  on  abandonne certaines  coutumes;
                             d'autre  part,  on  en   accepte   d'autres,  nouvelles,   venant   d'autres    sociétés,
 
 
                                                                                   194
                                                                    Chob  Kacha-ananda
 
 
                                                                        BIBLIOGRAPHY
                            
                             blofeld , John : Some Hill Tribes of  North  Thailand (Miaos  and Yaos) , Journal   of
                             the Siam Society,
Vol. XLIII, Part 1, August 1955, pp. 1-19.
                             embree, John F. and William L.Thomas Jr : Ethnic  Groups of  Northern  Southeast
                             Asia,
Yale  University, Southeast Asia Studies, 1950.
                              iwata, Keiji: MinorityGroups  in Northern Laos - Especially  the Yao, paper  No. 16,
                             Laos Project. Edited by Joel Halpern.University of Mass. 1961
                              kandre,Peter:The luMien—Yao Society:Social Dynamics of a Mountain Population
                             in NorthernThailand and  Laos;  
Preliminaryworking draft for a  Doctoral
                                              Thesis, 1966.
                             moriya,Mikao : EthnographicSurvey  of  the  Hill  Tribes  in  Northern Thailand xvith
                            SpecialReference  to  the Yao.
SophiaUniversity Research Party of Thai
                            Culturo-Historical Studies, Data paper No. 1. July 1971.
                            wist,Hans,Dr. : The Yao in Southern China,  Baesser- Archiv :  Beitruge  zue  Volker-
                             kunde, Vol. XXI, No. 3, pp. 73-135 (1938).
                             Young, Oliver Gordon : TheHilltribes of Northern Thailand, Bangkok, United States
                            Operation  Mission  1961.
 
ดาวน์โหลดเอกสาร
FileคำอธิบายFile sizeDownloadsLast modified
Download this file (vol 60 pt 1 page 187-194.pdf)vol 60 pt 1 page 187-194.pdf 725 Kb13509/24/10 09:42
 

ค้นหา

สถิติผู้เข้าชมเว็บไซต์

mod_vvisit_counterผู้เข้าชมวันนี้402
mod_vvisit_counterผู้เข้าชมเดือนนี้18887
mod_vvisit_counterผู้เข้าชมเดือนที่แล้ว22645
mod_vvisit_counterผู้เข้าชมทั้งหมด1981211

We have: 24 guests, 2 bots online
IP ของคุณ: 52.3.228.47
วันนี้: ๒๘ ก.ย. ๒๕๖๓