A Propos des Origines et de l'Histoire Ancienne dn Siam. พิมพ์ อีเมล
เขียนโดย .   

  

PETITHUGUENIN, P. A PROPOS DES ORIGINES ET DE I'HISTOIRE ANCIENNE DN SIAM.  JSS. VOL.2 1905. p.1-13

                             

 

                                      A Propos des Origines et de l'Histoire
                                                  Ancienne dn Siam.

                                            par   P.   PETITHUGUENIN.

 

              Je     n'ai      pas     la     prétention    d'apporter    ici    des     idées

personnelles    sur    les   origines   et    l'histoire   ancienne   d'un    pays

que  j'étudie  depuis   trop   peu  de   temps  alors   que  des   personnes

infiniment   plus   renseignées   que  moi  n'ont   pas  encore   complète-

ment exprimé leurs opinions.

              Je     voudrais    simplement     exposer    les   conclusions   aux-
quelles    est     parvenu,   á    propos    de     l'ancien   Siam,   dans    ses
derniers      ouvrages     sur      le    Cambodge,     un     savant     français
éminent en la matière, M. Etienne Aymonier.

              L'ouvrage    auquel      j'emprunte    le    sujet    de    cette   lecture
a    paru    a    la    fin   de   l'an   dernier,  sous   le   titre   :  Le Cambodge
Volume III. Le groupe d'Angkor et l'Histoire."

              L'auteur    y    étudie    spéciallement     l'histoire     et     l'archéo-
logie    cambodgienne    mais    il    est    amené,    par     suite    de     la
pénétration     réciproque     des     deux     peuples,   a    consacrer     un
chapitre   spécial   au   Siam   ancien,   et   à   faire,  dans   les chapitres
historiques, une large place aux Siamois.

               J'ai   crû     pouvoir    répartir    en     trois    groupes    les   idées
et     les     théories   de    M. Aymonier   et   c'est    dans   l'ordre   suivant
que je me permettrais de les exposer :
                    lo.     La préhistoire.
                    2o.    Les sources de l'histoire Siamoise.
                    3o.    Le  cadre de  l'histoire  du  Siam  des  temps
                               légendaires à la fondation d'Ayuthia

 

                    lo.   La Préhistoire.

               De  l'époque  préhistorique  on  connait  peu  de  choses.
               L étude   de   la   Géologie   et   de   l' Ethonographie   de  l'Indo-
Chine    est     de     date    encore   trop   récente    pour    nous    donner
des indications précises a cet égard.

                On       sait      qu'  à       une      époque      ancienne,    la      mer
pénétrait     très    avant    dans     les     terres   recouvrant    les   plaines
basses du Cambodge et du Siam actuels.

 

                                                             (2)

 

                Des     races     autochtones    on    peut    se    faire   une    idée
approximative   par    les    peuplades   sauvages    qui     vivent   retirées
dans     les     montagnes    et    les    forêts    et    dont    quelques   unes
doivent      en     descendre    ;   mais     on     ne     peut      rien     affirmer
encore    sur    le   type   auquel   elles   se   rattachent   ni   su   l'étendue
de leur habitat

                A    ces    races    sans    doute    appartiennent     les     Kariens
qui    résident   actuellement   dans   le   smontagnes,  entre   le   bassin
du      Ménam       et      le    golfe     du     Bengale,    les     Souis      qu' on
retrouve    au     Laos     et    dans    le    bassin    de    la    Moun    et    les
Chongs     dans      les      monts      a      l'ouest     de    Battambang    qui
paraissent descendre des Kmers primitifs.

                Parmi   les    premières    peuplades   il   en   est   trois   qui   se
développent     suffisament      pour    former    de    puissants    états   et
jouent un grand rôle dans le passé de l'Indo-Chine.

           Ce sont :
                  lo.     Les Mons, Talaings ou Pégouans.
                  2o.     Les Kmers ou Cambodgiens.
                  3o.     Les Chams ou Ciampois.

                D'après     Moura     et      G. R.     Logan    dont     les     opinions
ont    été    discutées    récemment    par   C.  Otto   Blagden    dans   son
"Early       Indo-Chinese      influence     on       the      Malay      Peninsula."
elles      appartiendraient,     au      point     de     vue      lingustique     tout
au     moins,    avec     les     Annamites     dont     la    langue   aurait   été
primitivement      polysylabique       et       parlée      recto-tono,      à     une
même     famille      que      l'on     désigne     sous    le     nom    de    Mon-
Annam.

                 Ces   trois   groupes   (que   l'on   peut   réduire  à  deux   :  Mon-
Kmer    et    Cham)    seraient    descendus    du    Nord    au    Sud,    pro-
bablement    du    Tibet,   à    une   époque    très    reculée    et   auraient
bifurqué      pour      peupler     les     deux     péninsules      que     sépare
le    golfe   du    Bengale.   Mais,   tandis   que   les   Mons    auraient   été
arrêtés    assez    vite   par   les  Dravidiens,  les   Kmers  et   les  Chams
auraient pu s'étendre.

                 Passant      par     dessus    l'obscurité     des     époques    trop
lointaines     nous      rejoignons     M.    Aymonier      au      moment     ou
les     Chams     refoulés    vers    l'est,   les    Kmers   établis   dans   les
vallées    du    Ménam    auraient    reçu     les     premiers     civilisateurs
indous.

 

                                                           (3) 

                Dès    le    VIe.   siècle    av    J. C.,   dit-il,    il   est   â   présumer
que    de    nombreux     groupes    d'Indiens     poussés    d'abord     par
l'amour    du     gain    et     plus    tard   par   le    désir    de   propagande
religieuse     passaient     à     chaque     instant     la     mer     pour     se
fixer sur les côtes de l'Indo-Chine comme de l'insulinde.

                L'un   de   leurs    principaux   foyers   d'émigration   aurait   été
les     Sept     Pagodes,   près    de    Madras.   Ils    auraient   dès   cette
époque   commencé    a    fonder    de    petites   colonies  homogènes,
conservant    leurs    moeurs    et    leur    religion   et   les    propageant
peu à peu autour d'eux parmi les populations barbares.

                Le    Pégou    dut    être    le   premier   influencé,   les   Chams
le   furent   aussi,   plus   anciennement  que   les  Kmers  qui   vivaient
reculés dans l'intérieur du pays.

                  Les    Chinois     durent     prendre     également    une     part
considérable   à   la   civilisation   et    au   métissage   de    ces   races
primitives,    mais    leur    action    fut   à   peu   près   nulle    au    point
de vue religieux.

                  Il    n'est     pas   inutile    de   mentionner    enfin,   pour   con-
firmer       la      haute     antiquité     de     l'indiennisation      de      l'Indo-
Chine,    que    des    villes   a    noms   sanscrits    et    qui   paraissent
s'appliquer    à     cette    région    sont     mentionnée   dans     Ptolemé
au    Ile.  siècle     de    notre    ère,    et    que    dans     les    tables    de
Peutinger     le     nom     de    Calippe    pourrait    être    identifié    avec
Kouk Telok ancienne appellation de Pnom Penh.

                Ceci,   dit    l'auteur,   n'a    rien   d'impossible   car   dès  cette
époque    les    navigateurs    romains   poussaient    leurs   croisières
jusqu' à la Chine.

                A    l'époque   ou  les   Kmers   occupaient   la  basse   et    la
moyenne      vallée       du      Menam,     probablement      une      partie
de    la     péninsule    Malaise     et      l'ancien     Champa      jusqu 'au
Grand    Lac,   une  autre  race  refoulée   par les  Chinois  descendait
du Yunnan et se  répandait peu à peu  en  Indo-Chine.
               Ce   sont  les  ancêtres des Thaïs.

               Je     crois      que      tout      le     monde    se     rallie    aujourd
'hui    à    l'opinion   de   M. Aymonier   en    ce   qui   concerne   l'origine
des   Thaïs.  Il   ne    fait    d'ailleurs   qu   'accepter   celle    de   Francis
Garnier,   qui   rattachait   les   Thaïs   aux    tribus   appelées   Pe-Yone
par    les    Chinois, Ba    Viet   par   les   Annamites,   qui   ont   occupé
jusqu 'au    commencement    de    notre    ère    toute    la    partie    de
la Chine située au sud du Yangtsé Kiang.

               Ces     groupes     occidentaux     vaguement     appelés   plus

tard    Ngai    Lao,    Nantchao,   s'étendaient    avant    notre    ère    du
Tonkin jusqu' à la Birmanie.

               Au    Yunnan    ils    formaient    six   chao  ou  clans ;  le   plus

 

                                                          (4)

 

méridional   le  Nantchao,  tchao   du  sud,   était   le    plus   puissant.

              Une   sorte    de     féodalité    politique     semble    avoir     été
constamment     le     régime   qui    convint    le    mieux     aux    Thaïs.
Leur,     petites     capitales      séjour     de      nombreux      chaos   ou
seigneurs    héréditaires   était     appelée    Xieng    dans    le     Nord-
Ouest de l'Indo-Chine et Muang dans l'est et le sud.

              Les   émigrations   Thaïs   se   répandirent    en   éventail   sur
l'Indo-Chine     et    la    Chine    Méridionale    par    les    vallées    des
grands      cours        d'eau       qui       arrosent     ces     régions.    Peu
importantes   à    l'origine   elles    prirent    de   l'ampleur   à    mesure
que la poussée chinoise s'accentuait davantage.

              Une      partie     de      la       race     Thaïs      descendit     donc
sur    le    Menam.  Cette   branche,  ancêtre    des   Siamois,  d'abord
établie    dans    la    région    de    Lakhon   Lampun,   va     entrer   en
contact    avec   les   Cambodgiens   qu' elle   penetrera   peu  à   peu
et    dont    elle   secouà   brusquement   le  joug  avec  Phra :  Ruang
au XlIIe.  siècle.

              Nous   touchons   à    l'époque   historique   ou   plus   exacte-
ment   à   celle  qui   le  deviendra   un   jour   si  l'on  parvient   à  tirer
des   documents  actuellement   connus  et   d'autres   à    venir,  les
éléments d'une véritable histoire.

                        2o.   Les Sources.
              Nous    abordons   la   question  des  sources   sur   laquelle
M.    Aymonier   apporte    des    idées   nouvelles   dont    il   tire   des
conséquences un tant soit peu révolutionaires.

             On     sait     qu 'actuellement     les    documents     dont     on
dispose    sur    l'étude   du    Siam   ancien   sont   de   trois   ordres.
                        lo.   Les inscriptions.
                       2o.   Les annales.
                       3o.   Les relations chinoises.

             On    n'a    pas    découvert    jusqu' à   présent    d'inscription
antérieure au XIIIe. siècle.

             Le   Père   Schmidt   en   a   publiées   et   traduites  un   bon
nombre   dans  le  Siam   ancien  de  Fourneraux   et   dans   le   2e.
volume de la mission Pavie.

 

                                                       (5)

 

             La   plus   connue   est   la  stelle   de   Rama   Khamen   ou
Pra-Ruang.

             Les    inscriptions    ne     donnent     d'ordinaire    que     des
bribes  d'histoires  sans  lien   avec   le   passé,   isolées  de  la vie
des peuples voisins et entourées de récits merveilleux.

             Les   annales  primitives  comme   vous   le  savez  ont   été
détruites  après  le  siège d'Ayouthia et celle que nous possédons
actuellement,   ne   sont   qu' une  compilation   faite   au  début  de
la    présente    dynastie   d'après    les   traditions   orales   et    les
annales des capitales de provinces.

             Elles   comprennent  :   lo.  Les    " Pong   Savadan    Muang
Nua" annales des pays du Nord, recueil Siamois en trois volumes
qui prétend relater l'histoire du Siam à partir de 639.

             Il   ne  contient   guère  que   des  fables   invraisemblables
et  n'offre  aucune  valeur  historique  sérieuse.
             2o. Les    Pong    Savadan    Krung   Kao.  en   40   volumes
qui partent de la fondation d'Ayouthia.

             On    avait     jusqu   'ici    accordé    un   certain    crédit    au
Pong      Savadan      Krung   Kao.   M.    Aymonier      en     conteste
absolument    dans    leur   début   surtout    la    valeur   historique.
"Tout     n'est    pas    faux    ou    inventé,  il   est    vrai,  nous    dit-il,
ce   sont   pour    ainsi   dire   des   mosaïques   brisées   en  mille
morceaux    et     reconstituées    sans     intelligence,   les   pièces
authentiques  sont  défigurées,  mal  placées  et  entremélées de
contes de veillée de famille."

             3o. Il    reste   enfin   à   citer   les  annales    de    Martaban,
dont les  Siamois  possèdent   une   traduction   et  qui  sont  peut-
être plus exacts.

             M. de  Ronys  dans son  ouvrage  " Les  peuples  orientaux
connus  des  Chinois avaient  relevé les contradictions  flagrantes
entre   les   annales   Siamoises    et    les    auteurs    Chinois.   M.
Aymonier  admet   que   ces  discordances  proviennent   d'erreurs
des annales Siamoises.

             Les   Chinois   dit-il   enrégistrant   sur   le   champ   à   leur
manière,   les    évènements    dont   le   bruit   se   transmettait   à
leurs  oreilles  étaient  généralement  dans  le  vrai  à  la distance
où    ils   se    trouvaient    placés,   et   il   ne   pouvait   guère   être
question que des roix suprêmes du Siam.
              Les  récits des auteurs Chinois peuvent  donc  dans  une

 

                                                     (6)

 

certaine  mesure  aider   a   rectifier   la   vérité   et    a   complèter
les notions données par les textes epigraphiques.

             La    plupart     des    documents    Chinois    actuellement
connus   sur   les  peuples  de  l'Indo-Chine   et   de   la   Malaisie
sont  rassemblés  dans  un  grand  ouvrage Chinois  commencé
au    VIIIe,   siècle    et    continué   par   Ma   Touan   Lin   lettré   du
XIIIc.    siècle   qui   le   reprit    et   le   continua    jusqu   'en   1224.
Il   renferme  en  outre   la   substance   des  connaissances  des
Chinois depuis les  Empereurs  Yao et   Chun  (2436 avant  J. C.)

             C'est   principalement   dans   le  " Méridionaux "   que   se
trouvent   les  renseignments  concernant  les  régions  qui  nous
intéressent,     mais     les    descriptions    géographiques    sont
tellement    vagues,    les   noms   Chinois  si   défigurés   que   la
première  difficulté  pour  celui  qui  veut  consulter  ces  ouvrages
est    d'identifier   les   noms  Chinois.  Non  seulement  les noms
n'ont   la   plupart  du  temps   aucun  rapport   avec  les  dénomin-
ations  indigènes  des  contrées,   mais   ils   disparaissent  dans
le   cours    d'un   ourrage,  changent,  reparaissent  ensuite  mais
appliqués à d'autres pays, se confondent ou se déforment.

             Les  distances  mémes indiquées,  les  frontières décrites
sont la plupart du temps invraisemblables.
             Je   n'entrerai    pas    ici   dans    le   détail   des   savantes
discussions   auxquelles   donnent   li'eu  ces  tentatives  d'identi-
fications,   je   me   bornerai   a  esquisser  la  carte  Chinoise,  si
j'ose   dire,  de  l'Indo-Chine  telle  que   parvient   à   la  concevoir
M. Aymonier.

            Je  m'empresse  de  dire que  les conclusions  de l'auteur
n'ont     pas    le    caractère   d'exactitude   auquel    pourrait   faire
croire   l'expose   abrégé   que   je  crois  faire  et   que  souvent  il
n'émet   que  des   hvpothèses  très  discrètes.
           Sur trois points cependant il est affirmatif.

           Io. Le      Lin      Y     correspond      au    Champa    amoindri
ramene sur le moyen et le bas Mekong.
          2o. Le   Fou   nan   ou    Tchin    La   ou   Cambodge   primitif
antérieur à la conquête Siamoise.
          Il    s'étend     des     montagnes    du   Pégou   au   Lin  Y.  et
comprend   tout    le  moyeu  et   bas  Menam  et   les  régions  au
Nord de la semoun.
          3o. Le     Kan     To     Li    ou    Tchin   Tou    ou   Siam  ancien
sur le haut Menam.

 

                                                         (7)

 

          En    dehors    de    ces   grandes   divisions    M.   Aymonier
croit   pouvoir   identifier   le   Langyasieou   et   le   Lotsa  avec  la
côte  du   Founan  du  cap  Liant  au  Cap  St.  Jacques.
          Le    Panpau,   le    Poli,   et    le   Tchin   tching   avec  divers
états   chames  de  la  Cochinchine  et  des  environs  de  Pnom-
penh.

          Le  Toum  choun  et   Tienchoun  avec  le  Tennasserim.  Le
Pokieu,  Piao  ou  Poukau   avec  le  Pègou  le  Péteou,  avec une
contrée  au bord  de  la Salouèn Le tsanau avec Xiengmai et nan.
          Ces   identifications    faites,   Mr.    Aymonier    a   confronté
les    inscriptions   et   les   auteurs   Chinois,   il  a   crû   pouvoir
rectifier   l'histoire   du   Siam   et   principalement  la  chonologie
jusqu 'ici admise.
          Je   passe  à  cette  troisième  et   dernière  partie  de  mon
exposé.

                                            L'HISTOIRE
          En   575,   disent    les    annales,  en    tout   cas   avant  le
XlIIe.   siècle,   fut  fondée  la  ville  de  Labong  actuellement  La-
khonlampun.   Elle   a   été   identifiée   par   Mac- leod,  Richard-
son et Francis Garnier avec l'Haripunyai des annales.
          C'était   un   des  principaux   établissements   des   Thaïs;
mais   ils   étaient   dejà   descendus,   beaucoup  plus  au  sud.
Il   y   aurait   eu,   en   effet,   toujours   d'après  les  annales,  un
royaume   Siamois   à    Kanchanaboury   (Kanbury)  cù   régnait
en   1210   Phya-Kong   dont   le   fils  après  des  aventures  qui
rappellent   celles   d'Oedipe   aurait   élevé   au   XIIe.  siècle   le
premier temple de Phra patom.

           Les  Siamois  auraient  d'ailleurs  été  dispersés  un  peu
partout   à   cette   époque   dans   la   vallée   du  Menam  jusqu
'aux   contreforts   montagneux   de   l'Ouest   et  dans  la  pénin-
sule  Malaise  jusqu  á  Ligor  ;  mais  ils  étaient  soumis jusqu
áu Nord de Louvo au roi Kmer d'Angor.
           Louvo   actuellement   Lopburi,  qui   existait   sans  doute
au   XIIe.   siècle,  était   la   capitale    Kmer   en   pays   Siamois.
Le   premier   roi   Siamois   dont   parlent   les   annales,    Phra
Tha    Marat    régnait    à    Labong   et   il   semble    qu' à   cette
époque,   le   milieu   du   XlIIe.   siècle   d'aprè?   Aymonier,  les
luttes   entre   les   Cambodgiens  de   Louvo   et  les  Thaïs  de
Labong étaient très fréquentes.
           La   Birmanie   (phoukam)   était   déjà   puissante  et  un
de ses rois fondait Rangoun.

 

                                                      (8)

 

           Au    XII.  siècle    également    une    autre    nation    Thaï
fondait   Xiengmai   dont   le   roi   aurait    conquis   Labong   et
agrandi le royaume.
           Une   stelle,   relevée    par    M.  Pavie    à    Xiengmai   et
traduite   par   le   père   Schmit,  établit   qu' en  1251  de  notre
ère,  somdat,  se  tha  Phra  Rama  Pavita  Phra Maha  Dharmi
Karadja Dhiradja était roi de Xiengmai.
          Le  début  commence  par  ces   mots :  Glorieuses  sont
les actions de toutes les races de langue thaï.

          M.   Aymonier   qui,   d'ailleurs,   avoue   le  peu   de   base
de  toute  affirmation  pour ces  époques  légendaires propose
d'identifier  ce  roi  avec le Phra Tharat des annales Siamoises
et   croit   qu' il   doit   être   confondu   en  une  seule  personne
avec   l'Adhayagamunui   des   mêmes   annales  et  le  roi  Sry
Indraditaya que mentionne les inscriptions ultérieures.
          Ce   roi   aurait   rêgné   de   1250   à   1270,   aurait fondé
la    ville    de   Savankalok   ( Svarga    deva    loka   la   ville   de
l'assemblée  des  dieux)  qui  serait  devenue  la  capitale  des
Thaïs  réunis  du  Nord.  A  cette  époque  existait  déjà  la  ville
de Lakhon.
          Il   est   bon   de   constater   qu 'il   semble   résulter  des
inscriptions  qu' a  cette  époque  le  boudhisme  et  la Brama-
nisme  florissaient  simultanement  à  Savankalok  et  que les
rois  Thais  du  Nord  étaient  vis  à vis des rois Cambodgiens
dans une certaine vassalité..

          Sry   Indrataya   aurait   eu   pour   successeurs   son  fils
Ban  qui  et  mentionné  dans la stelle dite de Ramakamheng,
dont   je   parlerai  plus  tard  et  qui  est  peut  être  identifiable
au   Phya   Sri   thama   so   karat   des   annales.  On   sait  de
lui qu 'il épousa une bramane.
           A   Ban   succéda   enfin  Phra  Ruang,  le  libérateur  du
Siam   a   partir   de   qui   l'histoire   Siamoise   commence   à
prendre consistance.
           Phra-Ruang   'est   le   plus   connu   des   anciens   rois
Siamois   celui   a   qui   est   attribué   l'invention  de   l'écriture
Siamoise   et   l'établissement  de  la  Ohula-Sakarat   que  lui
conteste d'ailleurs M. Aymonier.
           Les  annales  ne  sont  pas  très  fixées  sur  la  date de
son  rêgne.   Elles  le  placent  tantôt   au  septième  tantôt  au
dixième tantôt au cinquième siècle.

 

                                                (9)

 

           D'après  ces  mêmes  annales  il  serait  né  d'un roi de
Nabong  et  de  la  reine  de  Naga.   Celle-ci   garda  l'anneau
du   roi   et   lorsqu  'un   fils   de   celui-ci  naquit  elle  l'exposa
avec  cet  anneau.  Un  chasseur   recueillit   et  éleva   l'enfant
qui   entra,  un   jour   par   aventure  dans  le  palais  paternel,
l'adopta   et   lui    donna   le   nom   Daraounan   Koumara  (le
royal   enfant   rouge).  D'où   le   populaire   fit   Rom  ou  Phra
Ruang.
            Le   plus   important   document   sur   ce   roi   est  une
stèle  trouvée  à  Savankalok  et  traduite  par  le  père Schmitt.
Cette  stèle  parait  à  M.  Aymonier avoir été gravée vers 1292.

            Pra,  Ruang,  donne  lui-même les détails suivants sur
son   origine   :   Mon  père  se  nommait  S'ri  Indra  Sitya,  ma
mère Nang Suong, mes frères Bau ou Muang etc.
            Il  relate  ensuite  que,  âgé  à  peine  de 19 ans, il  lutta
sous  les ordres de son père contre le Gouverneur d'une  ville
de  Chod  qui  semble  avoir  été  du  côté  de  Pégou,  qu'il  le
mit   en   fuite  et   reçut  le  nom  de  Rama  Kanhang,  c'est  à
dire, Rama le redoutable.
            Il   ajoute   que,  après   la  mort  de  son  père,  il  fut  le
îfidèle   sujet   de  son  frère  ainé  Bau  auquel  il  succéda.  Il
aurait   donc   été  le  troisième  roi  national  des  Siamois.  Il
naquit  probablement  entre  1240  et 1260 : Un passage des
annales  dit  qu  'il  est  né  en  l'année  du  Porc  :  Cette  date
correspondrait  a  1251. Il  monta  sur  le  trône entre 1275 et
1280.   Monté   sur   le   trône   Pra   Ruang   secoua   le  joug
cambodgien. Les traditions des deux peuples sont unanimes
sur  ce  point  et  un  voyageur  chinois  de 1296 constate que
le Cambodge avait été dévasté par une invasion de Siamois ;
l'annonce seule de l'approche des Siamois remplissait la po-
pulation de terreur.

            L'effet    est    tellement   rapide   et   tellement   impres-
sionnant  qu'il  faut  admettre  que  non seulement Pra Ruang
disposait  d'une  armée puissante, mais encore qu'il y eut, du
Nord  au  Sud,  un  véritable  soulèvement  de  tous  les  gens
de race Thaï.
            En  dix  ans Pra Ruang aurait complètement  rejeté les
Cambodgiens  chez  eux  et  les aurait contraint  à demander
la  paix  et  à  abandonner  la  ville  Siamoise  "  les  habitants
du  pays  des  Thaïs  dit  l'inscription de 1292 n'ont  pas leurs
pareils  en  intelligence,  en ruse, en courage, en audace, en
énergie, en forces.

 

                                                 (10)

 

             "Ils   ont   su  vaincre  la  foule  de  leurs  ennemis.  Ils
ont un grand royaume et beaucoup d'éléphants.
             "Ils   ont   soumis   à   l'Orient   jusqu' au  fleuve  Klong
(Mekong)  au  sud  jusqu' à  la  mer  Sri  Dharmarajia,  (Ligor)
à   l'occident   Chod   et   Hang   Savadi  (Pegou),  la  mer  fait
frontière ; au Nord jusqu 'au Muang Pré et Nan.
             "Après la conquête ils se sont livrés à l'agriculture;; tous
observaient le Dharma."
             Il    était    suzerain    de    Battambang,    il   introduisit
peut-être  au  Siam  le  Bouddhisme cyngalais, et développa
l'industrie déja florissante.

             Les annales constatent qu'il fit de grandes constructions
a Saxanalai, il y éleva des tentes, des palais, y construisit des
jardins. Ici  M. Aymonier,   au  contraire   du  père  Schmitt  et
de  Francis  Garnier  qui  ont  identifié  Sokothai  avec Savan-
kalok, identifie Saxanalai avec Sokothai.
              L'industrie de la poterie data de cette époque.
              Le  roi  envoya  deux fois des Ambassades en Chine
(1297-1299).  On  prétend  même  qu'il  épousa  une  fille de
l'Empereur  de  Chine  et  que  son  fils  Pra  Suchak était fils
de cette chinoise. Pour la première fois le nom des Siamois
parait  dans  les  annales de Battambang, qui mettent sur le
trône  de  ce  pays un gendre de Pra Ruang : Phraya Ta Rua.
A  partir  de  cette époque, les rois du Pégou semblent avoir
demandé l'investiture au roi des Siamois.

               M.  Aymonier  croit  que  Pra Ruang mourut en 1324.
à l'âge de 73 ans après cinquante ans de règne. Un passagè
des  annales  du  Nord  dit  que  sur  la fin de ses jours Pra
Ruang  devint  joueur  et  excentrique  et  qu'il  n'y avait plus
d'étiquette,
                Phra Ya Suà Thai : 1324 à 1340.
               Je  passerai rapidement  sur les deux successeurs im-
médiats    de   Pra    Ruang  sur  lesquels,  dit  M. Aymonier, les
documents sérieux font défaut.
                L'auteur  admet,  se  basant  sur   l'inscription  de  Nak-
hon   Yum   qu'au   libérateur   du   Siam  succéda   Phraya  Suà
Thai    qu' identifient     avec    Phuak    Soucharat    les  annales
du    Nord.   Il   était, selon  ces  mêmes   annales,  petit-fils  de
l'empereur   de  Chine,  ce  qui  est  d'accord  avec  la  légened
qui fait épouser à Pra Ruang une chinoise.

 

                                                     (11)

 

                Pendant  son règne,  qui  aurait  duré  de 1324 à 1340,
il   aurait   fait   venir   des   ingénieurs  de  Chine  et   fait fortifier
et   armer   la   Capitale,  cinq   cités   principales  et   huit   cités
secondaires.  Les   annales  du   Nord   en   contradiction  avec
les   annales   du   Sud   font  remonter   à  ce  roi   l'introduction
des armes à feu et de la poudre à canon.
                Il   aurait  eu  à  lutter  contre   cinq  rois  Thai  du  Nord
coalisés  avac  le  roi  de  Tchieng  Sieng  et  contre  les  Malais
de la péninsule.
                Il serait mort en combattant  ces derniers. Phaya
Tuathai  régnait  à  Saxanalai,  Soko  Thai  d'après M. Aymonier.
                Phra-ya Hri Daya Raja : 1340-1357.
                D'après  une  inscription  Thai de Nokor Yum, il serait
fils de Phraya-sua Thai.
                M.  Aymonier   croit  possible   de  l'identifier   avec   le
Phrachao  Sai  nam  ping   des  annales.  On  ne  sait  rien  de
son histoire.
               Il régna à Saxanalai.

               Sri  Surija  Vans' a Rama. Maha  Dharma Radjadhirja:
1357-1388.
               Son histoire nous est donnée par l'inscription Thai de
Nokor Yum, une inscription Kmer de Sokotai et d'autres textes
épigraphiques.  Petit  fils  de  Suà  Thai  et fils de Hridaya qu'il
asservit en qualité de vice-roi, il monta  sur le trône vers 1357.
                Il semble s'être préoccupé surtout de mettre en relief
dans les inscriptions ses prétentions de lettré et de  sectateur
fervent du Canon Méridional de Boudhiste.
                Il s'occupa de  la réforme du Calendrier,  corrigea les
erreurs  qui   s'étaient  glissées  dans  l'ère.  Peut-être  est-ce
lui et non Pra Ruang qui introduisit la Chula Sakarat.
                Il   régnait   à   Saxanalai-Sokotai.  M. Aymonier   croit
pouvoir   lui   attribuer   la  fondation  de  Pitsa-nulok  (Vischnu
Loka.)

                Il  aurait  envoyé  à  l'empereur  Hung  Wu,  fondateur
de la dynastie des Ming une ambassade en 1367.
                En 1369, L'empereur de Chine envoya à son lointain
tributaire quelques pieces de soie et une copie de l'almanach
impérial    de   la   Chine.  En   1370    selon    R.     de   Rosny,

 

                                                    (12)

 

Tai-tsou    reçoit   une   ambassade   du   roi    de    Siam    que
les   Chinois   appellent   Tsan   lieck   tehao  Pya,  désignation
qu'on peut retrouver dans Samdach Chao   Phya.
                 Nouvelles ambassades les années suivantes et en
1376,  un  sceau  officiel  fut envoyé à ce souverain de Sien-lo.
                 Il  parait  même  que, en 1387 à la veille de sa mort,
le  souverain  Siamois a envoyé une trentaine d'éléphants en
Chine.  Il  semble  avoir  combattu  les  Laotiens  et  les Cam-
bodgiens.   Il  dut  mourir en 1388 après un règne de  31 ans.
              Mahadharmarajadhiraja :1388-1415. M. Aymonier éta-
blit  l'avènement  de  ce  roi  sur  une  inscription  Thai  actuel-
lement  au  vat  Boramanivet,  mais  qui  provient  de  Sokotai.
On   ne   sait   rien   de   lui.   Il   règna   à   Saxanalaï   Sokotai.

            Samtac Parama Rajadhiraja : 1415-1453. M. Aymonier
transcrit  ainsi  :  San  lai  Po  lo  mo  da  tah  ti rai, nom donné
à cette époque au souverain du Siam par les auteurs chinois.
              On   ne   sait   rien   de   lui   sinon  qu'il  fut  le  dernier
des rois ayant règne à Saxanalai-Sokotai.
              Phra : Ramathibovi—Fondation d'Ayouthia 1453.
          On trouve dans les auteurs Chinois que : "La quatrième
année    de   l'ère   King-tai   1453   l'empereur   Kingli   donna
l'investiture  au fils du roi Pa lo lan-mi-sank-lak et le reconnut
comme souverain du Siam."
              "La   dixième   année   de   l'ère   Tienchun  (1462),  le
roi de Siam Plah Lan-Lo-the-tchi-po-tchi. (Phra; Ramathibodi)
envoya un ambassadeur apporter le tribut à la cour de Chine:

              La  dix-huitième  année  de  l'ère Tching hoa (1482) le
prince   héréditaire  de  Siam  notifia  à  l'empereur  de  Chine
la   mort   de   son   père   et   obtint   l'investiture.  On  voit,  dit
M.  Aymonier,   qu'il   s'agit   en  définitive  d'un  souverain  qui
aurait  régné  sous  le  nom de Ramadhipati de 1453 à 1482
et qui aurait été le fils adoptif de son prédécesseur.
              Or  les  annales  Siamoises font de Uthong Ramathi-
bodi le sixième souverain des Thais et le considèrent comme
" gendre "   ce  que  les  Chinois  ont  pu  appeler  fils  adoptif
du   cinquième   roi. Ils  enfont  le  fondateur  d'Ayouthia  mais
placent  la  date  de  la  fondation  en 1350. Mais M. Aymonier
croit qu'il y a erreur- de date.
              D'après  le  récit  de  Bonning,   le  roi  aurait  fondé la
ville    d'Ayouthia après six ans de règne.

 

                                                   (13)

 

              Or  les  annales  Siamoises nous donnent  plusieurs
Ramathibodi,  dont  un  en  1350  et  un  autre  en 1470-1509.
               La  première  date  n'est  pas  vraisemblable pour la
fondation  d'Ayouthia,   dont   aucun   texte   épigraphique   ne
fait mention.
                Un auteur français du XVIIe. siècle, Nicolas Gervais,
dit   que   le   Muang   Krung   Thep   Maha   Nokor,  (Ayouthia)
avait   été   fondé   deux   cents   ans   avant   son  arrivée  par
Chao  Thong—soit  dans  la  seconde  moitié  du XVe. siècle.
                Se basant sur cette assertion, et principalement sur
le   fait   que   les  inscriptions  d'un  caractère  nettement  im-
périal émanant de souverains suprêmes du Siam se perpétuent
à  Sokotai  jusqu' en  1427,  M. Aymonier croit pouvoir affirmer
que la fondation d'Ayouthia n'est pas antérieure a la seconde
moitié   du   XVe.  siècle  et  qu' elle  peut  être  fixée  en  1459.
ou 1460.

                 C'est la dernière et la plus importante des théories
de  M. Aymonier  concernant  le  Lamarnien  et  c'est sur  elle
que je veux terminer.
                Je suis persuadé que ces rectifications de l'histoire
du Siam ne manqueront pas, étant donnée la personnalité de
l'auteur,  d'attirer  l'attention  de  ceux qui se sont attachés au
passé de ce pays : Leur nouveauté et les documents sur les
quels l'auteur s'est appuyé susciteront, sans doute, des discus-
sion set des critiques ; c'est ce que je souhaite à cette lecture,
que  je  vous  remercie  d'avoir  bien  voulu  écouter et dont je
vous prie d'excuser la longueur et le peu de charmes. 

 

 

ดาวน์โหลดเอกสาร
FileคำอธิบายFile sizeDownloadsLast modified
Download this file (vol 2 page 1-13.pdf)vol 2 page 1-13.pdf 1617 Kb12509/08/10 09:43
 

ค้นหา

สถิติผู้เข้าชมเว็บไซต์

mod_vvisit_counterผู้เข้าชมวันนี้325
mod_vvisit_counterผู้เข้าชมเดือนนี้18810
mod_vvisit_counterผู้เข้าชมเดือนที่แล้ว22645
mod_vvisit_counterผู้เข้าชมทั้งหมด1981134

We have: 10 guests, 2 bots online
IP ของคุณ: 52.3.228.47
วันนี้: ๒๘ ก.ย. ๒๕๖๓